L’épée. Usages, mythes et symboles |
  Actualité : Expo Paris, Musée Paris

L’épée. Usages, mythes et symboles


Du 28 avril au 26 septembre 2011

Informations pratiques | Donnez votre avis

L’épée est sans doute l’un des objets les plus représentatifs du Moyen Âge. Elle est à la fois arme de guerre, signe de pouvoir et de justice, objet d’apparat. Aucune autre production profane de cette époque n’a suscité autant d’intérêt et de fascination. L’épée. Usages, mythes et symboles est la première manifestation consacrée à ce thème. Elle réunit cent vingt oeuvres : un ensemble d’épées couvrant toute la période du Ve au XVe siècle, dont certaines mythiques comme celle de Jeanne d’Arc, ainsi que des manuscrits, peintures, objets d’orfèvrerie et ivoires.

L’objet « technique »
L’épée est présente dans toutes les civilisations pratiquant la métallurgie, de l’âge du cuivre jusqu’à l’époque contemporaine. À travers des objets archéologiques, la première section de l’exposition présente les aspects relatifs à sa fabrication. L’univers des ateliers et des forges est, par exemple, évoqué avec l’épée de Gicelin, datée des Xe et XIe
siècles, qui porte la signature de son forgeron. Quelle que soit sa forme, une épée est immédiatement reconnaissable à ses quatre parties : la lame, la garde, la fusée, le pommeau. Au-delà de ces éléments invariables, il existe une extraordinaire variété de types (dague, fauchon, Messer) et de décors. Ceux-ci, qu’ils soient très simples ou au contraire foisonnants et luxueux, sont bien souvent révélateurs d’un contexte social et artistique.

Usages réels
L’épée est d’abord une arme utilisée pour vaincre l’ennemi et donner la mort. L’apprentissage de son maniement est essentiel dans l’éducation des chevaliers et des princes. Un exceptionnel Traité de combat de tradition germanique, manuscrit de la fin du XVe siècle, dévoile l’enseignement de grands maîtres d’armes, dont Johann Lichtenauer. Tout aussi précieux, le Flos duellatorum du maître italien Fiore dei Liberi présente un panorama complet d’arts martiaux et de techniques de combat. L’épée est également un instrument de loisir, pour l’escrime ou encore pour la chasse. Deux
des très rares épées de chasse conservées dans le monde sont ainsi exposées : celle de Philippe le Beau, roi de Castille et père de Charles Quint, de la fin du XVe siècle, et l’extraordinaire estoc de chasse de René d’Anjou. De manière plus inattendue, l’usage féminin de l’épée est évoqué à travers la représentation du suicide ou encore la présence d’une épée dans une tombe de femme. Autour de ces usages directs gravitent de nombreuses significations symboliques. L’épée illustre la prérogative royale en matière de droit et sert à rendre la justice, elle est utilisée lors de rituels fondamentaux comme l’adoubement et le sacre. Image d’une fonction,elle peut aussi être celle d’une nation. Un des temps forts de l’exposition est ménagé pour la réunion d’épées « nationales ». Ces oeuvres, pour certaines encore jamais prêtées, incarnent à elles seules un pays, en faisant référence à l’un de ses souverains. On peut citer ainsi l’épée de Svante Nilsson Sture, régent de Suède autour de 1500 et défenseur de son indépendance, ou, pour la France, la célèbre épée de Charlemagne, dite Joyeuse. L’histoire de cet objet, dont la légende est contée notamment dans la Chanson de Roland, résume à elle seule les dimensions multiples de l’épée. Des objets et armes liés à de hautes fonctions sont rapprochés de cet ensemble. À ce titre sont présentées une épée de connétable, dignitaire ayant la charge des armées du roi, ou encore l’estoc pontifical, un présent prestigieux offert chaque année au Moyen Âge par le pape à un personnage qu’il souhaitait distinguer.

Le mythe
L’épée possède comme nul autre objet une part de personnification et d’enchantement, et certaines sont devenues mythiques, notamment dans la sphère littéraire et artistique. Elles portent un nom, à l’image des célèbres Durandal ou Excalibur. Elles sont dotées de qualités extraordinaires : voler, briser un roc, rendre invincible son propriétaire. Leur utilisation confine à la magie, on en appelle à elles comme à Dieu. Ainsi figurent parmi elles des épées de saints (épée de saints Côme et Damien, épée de saint Maurice, épée de saint Georges) ou encore de héros (Durandal, épée de Roland). Sa présence, dans le réel comme dans l’imaginaire, se prolonge bien au-delà du Moyen Âge, depuis les épées touaregs du XIXe siècle jusqu’à l’épée moderne de l’académicien Jean-Pierre Mahé.

En lien avec l’exposition « L’épée » le musée de Cluny organise des démonstrations d’escrime médiévale dans sa cour d’honneur le samedi et le dimanche après-midi. Elles sont ouvertes à tous gratuitement. Chacune de ces interventions met l’accent sur la pédagogie en proposant une explication de ces techniques, le maniement de plusieurs épées, des tests de coupe et un combat à vitesse réelle.

Démonstration par la compagnie « De taille et d’estoc » l’Association Bourguignonne de Recherche et de Développement d’Arts Martiaux Historiques Européens

Dates des démonstrations :
samedi 14 mai 2011 « nuit des musées ».
Les samedis et dimanches à 10 h30 ; 14h ; 16h – Durée 45 mn.
Du samedi 21 mai au dimanche 3 juillet 2011 inclus.

Commissariat de l’exposition : Michel Huynh, conservateur au musée de Cluny


Exposition : L’épée. Usages, mythes et symboles

Dates : Du 28 avril au 26 septembre 2011

Lieu : Musée de Cluny – Musée National du Moyen Âge
6 place Paul Painlevé
75005  Paris

Métro : Cluny-La Sorbonne (ligne 10), Saint-Michel (ligne 4), Odéon (lignes 4, 10)
Bus : lignes 21, 27, 38, 63, 85, 86, 87
RER : Saint-Michel (RER C), Cluny-La Sorbonne (RER B)
Parking : rue de l’Ecole de Médecine, rue Soufflot et Parc Saint-Michel (entrée place Saint-André-des-Arts)

Horaires : Ouvert tous les jours sauf le mardi de 9h15 à 17h45.
Fermeture des caisses à 17h15.
Fermé le 1er mai.

Plein tarif : 8,50 euros
Le prix comprend l’accès aux collections permanentes. Gratuit pour tous le premier dimanche du mois.

Tarif réduit * : 6,50 euros
* Sur présentation du billet plein tarif de la Basilique-cathédrale de Saint-Denis, la Sainte-Chapelle, la Cité de l’architecture, le musée des arts et métiers et le musée d’art et d’histoire du judaïsme ; sur présentation des cartes Pass Cité et Aleph.
Gratuit : Moins de 26 ans, enseignants s’ils présentent le Pass Education en cours de validité, et le premier dimanche du mois pour tous.

Expositions galeries d'art S'inscrire à la newsletter
Haut de page
  Art décoratif, Art militaire, Exposition paris, Histoire, Moyen-Age


   
  Artistes, Galeries d’arts, musées...

Aucun avis sur cette exposition

Désolé les commentaires sont fermés




 
Guide expos
En ce moment
Derniers jours
Prochainement
Pratique
Expositions gratuites
Expos près de chez vous
Galeries d’arts
Sortir à Paris
Musées Paris
Spectacles Paris
Cabarets Paris
 
 
Art & Design
Créateurs contemporains
Restauration de tableaux
Miroirs anciens
Cadres anciens
 
Décoration
Meubles design
Miroirs décoratifs
Cadres tableaux
Design industriel
Guide décoration
Loisir / Shopping
Sortie cinéma
Films DVD / Blu-ray
Horoscopes
Livraison de fleurs
Guide shopping
Livre & Catalogue
Catalogue d'expos
Culture livre
Livres d'histoires
Livres anciens
 
© exposition-paris.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés - Graphisme L.P Neofrance | Tous les Logos et Marques de ce site
sont la propriété de leurs propriétaires respectifs. Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. | Un service proposé par Neofrance | Mentions légales
 
 
  Expositions à Paris
Archéologie
Architecture
Art asiatique
Art contemporain
Arts décoratifs
Arts du spectacle
Arts graphiques - Publicité
Arts premiers
Bande dessinée
Cinéma
Design
Histoire
Littérature
Mode et costumes
Musique
Peinture - Sculpture
Photographie
Sciences et nature