L’art en guerre, France, 1938-1947. De Picasso à Dubuffet |
  Actualité : Expo Paris, Musée Paris

L’art en guerre, France, 1938-1947. De Picasso à Dubuffet


Du 12 octobre 2012 au 17 février 2013

Informations pratiques | Donnez votre avis

Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris présente près de 400 œuvres de plus de 100 artistes, complétées par de nombreux points documentaires et filmiques inédits. Rassemblées et commentées en 10 séquences fortes, elles expliquent comment, dans un contexte menaçant d’oppression et de pénurie (entre 1938 et 1947), les artistes ont modifié en profondeur les contenus et les formes de l’art en France.

En introduction, l’Exposition internationale du Surréalisme de janvier 1938 apparaît comme prémonitoire au moment de la montée des périls, avant même les accords de Munich et « sous l’angle du sombre » et de « l’étouffant » défini par André Breton et Marcel Duchamp. Certains de ses exposants seront bientôt arrêtés alors que les autres tenteront de s’exiler sans que ce soit toujours possible.

Après la drôle de guerre et la défaite de la France, avec l’Occupation nazie et l’instauration du régime de Vichy, jusque dans les nombreux camps d’internement et les prisons en France, on crée encore : des œuvres de survie traduisent l’énergie désespérée d’artistes qui adaptent leur processus de création et leurs matériaux – cire, ficelle, pierre, papier à musique ou d’emballage, etc. (Bellmer, Brauner, Ernst, Freundlich, Gotko, Gumichian, Hamelin, Kolos-Vary, Lévy, Nussbaum, Payen, Prieto, Rosenthal, Salomon, Soos, Springer, Taslitzky, Warszawski, Wols…)

Les artistes sont condamnés à s’adapter aux nouvelles réalités des années noires et, pour certains d’entre eux, à la clandestinité dans les refuges : à Marseille, Grasse, Sanary ou Dieulefit (Arp, Brauner, Sonia Delaunay, Hausmann, Magnelli, Masereel, Räderscheidt, Steib, Taeuber, Tita …). Dans la partie la plus visible de la scène parisienne, dominent les maîtres référents, Matisse, Picasso, Bonnard, Rouault, et les « jeunes peintres de tradition française » qui s’en réclament (Bazaine, Estève, Fougeron, Lapicque, Manessier, Singier…). L’ouverture partielle du Musée national d’art moderne, en 1942, au Palais de Tokyo, permet de saisir le goût timoré de l’époque expurgée de ses « indésirables » : juifs, étrangers, anticonformistes, etc. Par contraste, la galerie Jeanne Bucher est l’une des rares exceptions à présenter (sans publicité) des pièces d’artistes jugés « dégénérés » par la propagande totalitaire en Allemagne mais aussi en France. (Klee, Domela, Kandinsky, De Staël…).

Quant à Picasso, l’audace est intacte : interdit d’exposition et reclus dans son atelier des Grands-Augustins, il multiplie les chefs-d’œuvre : L’Aubade, le Grand nu, les Têtes de mort, les dessins érotiques, Tête de taureau ou sa pièce de théâtre Le désir attrapé par la queue.

Entre 1944 et 1947, les œuvres de l’après-guerre répondent à la violence faite aux corps et aux esprits depuis des années. Cette partie de l’exposition questionne la redéfinition des grands mouvements modernes, les uns assurent la « Reconstruction » — autour du Parti communiste français (Fougeron, Herbin, Pignon…) et du renouveau de l’Art sacré —, les autres empruntent une ligne de fuite radicale : tachisme, informel, art brut, lettrisme, récupération de déchets ou d’objets rejetés par la guerre. Tout témoigne de l’irrépressible décompression psychique à l’œuvre comme seule réponse à l’histoire (Atlan, Bissière, Debré, Fautrier, Giacometti, Hartung, Leduc, Masson, Richier, Riopelle, Soulages, Schneider, Tal-Coat…). Le premier vrai scandale après la Libération est déclenché en 1946 par l’exposition Dubuffet à la galerie Drouin : Mirobolus, Macadam et Cie. Hautes Pates, mis en relation avec tout ce qui compte alors en matière d’art « autre » chez les naïfs, les anonymes dans les asiles ou chez tous les « anartistes » (Artaud, Bryen, Chaissac, Corbaz, Duf, Forestier, Hyppolite, Michaux, Miro, Pujolle, Villeglé, Wols…).

L’exposition bénéficie de prêts exceptionnels des plus grandes institutions nationales et internationales ainsi que de très nombreux collectionneurs privés.

Plus de 100 artistes présentés dont des anonymes, Antonin Artaud, Jean-Michel Atlan, Jean Arp, André Breton, André Bauchant, Willi Baumeister, Jean René Bazaine, Hans Bellmer, Jésus Guillen Bertolin, Roger Bissière, Pierre Bonnard, David Brainin, Georges Braque, Victor Brauner, Camille Bryen, Bernard Buffet, Alexander Calder, Marguerite Caudan, Marc Chagall, Gaston Chaissac, Jean Gabriel Chauvin, Giorgio De Chirico, Aloïse Corbaz, Olivier Debré, Sonia et Robert Delaunay, Paul Delvaux, André Derain, César Domela, Jean Dubuffet, Marcel Duchamp, Gaston Duf, Max Ernst, étienne-Martin, Jean Fautrier, Auguste Forestier, André Fougeron, Otto Freundlich, Alberto Giacometti, Edouard Goerg, Henri Goetz, Julio Gonzales, Jean Gorin, Jacques Gotko, Francis Gruber, Stella Gumichian, Etienne Hajdu, France Hamelin, Hans Hartung, Raoul Hausmann, Jean Hélion, Auguste Herbin, Hector Hyppolite, Srul Jarzembeski, Vasily Kandinsky, Paul Klee, Sigismond Kolos-Vary, Wifredo Lam, André Lanskoy, Charles Lapicque, Henri Laurens, Fernand Leduc, Jean Le Moal, Fernand Léger, Jane Lévy, Myriam Lévy, Jacques Lipchitz, Kurt Löw, Alberto Magnelli, Man Ray, Frans Masereel, Alfred Manessier, André Masson, Henri Matisse, Roberto Matta, Henri Michaux, Joan Miro, Felix Nussbaum, Roger Payen, Francis Picabia, Pablo Picasso, Edouard Pignon, Guillaume Pujolle, Prieto, Anton Räderscheidt, Hans Reichel, Germaine Richier, Jean-Paul Riopelle, Horst Rosenthal, Georges Rouault, Le Douanier Rousseau, Charlotte Salomon, Gérard Schneider, Joseph Soos, Pierre Soulages, Chaïm Soutine, Ferdinand Springer, Nicolas de Staël, François Stahly, Giordano Stroppolo, Boris Taslitzky, Joseph Steib, Sophie Taeuber-Arp, Jotz Taitz, Pierre Tal-Coat, Tita, Julius Turner, Raoul Ubac, Vago, Bram Van Velde, Victor Vasarely, Vieira da Silva, Yves Tanguy, Jacques Mahé de la Villeglé, Maurice de Vlaminck, Gérard Vulliamy, Abram Warszawski, Arthus Weisz, Wols, etc.

 

 

Exposition : L’art en guerre, France, 1938-1947. De Picasso à Dubuffet.

Dates :
 Du 12 octobre 2012 au 17 février 2013

Lieu : Musée d’Art moderne de la Ville de Paris
11, avenue du Président Wilson
75016 Paris

Métro : Alma-Marceau (ligne 9), Iéna (ligne 9)
Bus : lignes 32, 42, 72, 80, 82 et 92
RER : Pont de l’Alma (RER C)

Horaires : Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h. Nocturne le jeudi jusqu’à 22h.

Plein tarif : 11 euros

Tarif réduit : 8 euros  (plus de 60 ans, enseignants, chômeurs, famille nombreuse)

Demi-tarif : 5,50 euros (jeunes 14-26 ans + RMIste)

Gratuit pour les moins de 14 ans

Expositions galeries d'art S'inscrire à la newsletter
Haut de page
  Art moderne, Expo thématique, Exposition paris, Peinture


   
  Artistes, Galeries d’arts, musées...

Aucun avis sur cette exposition »

Donnez votre avis sur cette exposition

*

Current day month ye@r *




 
Guide expos
En ce moment
Derniers jours
Prochainement
Pratique
Expositions gratuites
Expos près de chez vous
Galeries d’arts
Sortir à Paris
Musées Paris
Spectacles Paris
Cabarets Paris
 
 
Art & Design
Créateurs contemporains
Restauration de tableaux
Miroirs anciens
Cadres anciens
 
Décoration
Meubles design
Miroirs décoratifs
Cadres tableaux
Design industriel
Guide décoration
Loisir / Shopping
Sortie cinéma
Films DVD / Blu-ray
Horoscopes
Livraison de fleurs
Guide shopping
Livre & Catalogue
Catalogue d'expos
Culture livre
Livres d'histoires
Livres anciens
 
© exposition-paris.info. Droits de reproduction et de diffusion réservés - Graphisme L.P Neofrance | Tous les Logos et Marques de ce site
sont la propriété de leurs propriétaires respectifs. Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. | Un service proposé par Neofrance | Mentions légales
 
 
  Expositions à Paris
Archéologie
Architecture
Art asiatique
Art contemporain
Arts décoratifs
Arts du spectacle
Arts graphiques - Publicité
Arts premiers
Bande dessinée
Cinéma
Design
Histoire
Littérature
Mode et costumes
Musique
Peinture - Sculpture
Photographie
Sciences et nature