Illusions au Palais de la Découverte

Expo sciences Paris, Illusions, Palais de la découverte
Du 06 novembre 2018 au 25 août 2019

Informations pratiques | Donnez votre avis

Le Palais de la Découverte consacre une exposition aux Illusions. Une quarantaine de mises en situation interactives jalonnent le parcours de cette exposition. Après avoir joué, nous vous invitons à décrypter les tours que ces illusions jouent à notre cerveau, afin qu’elles n’en soient plus ; en insistant en particulier sur la façon dont votre cerveau traite l’information perçue.


À faire, à voir, à toucher. Sur un peu plus de 200 m2, tout un tas de micro-phénomènes perspectifs qui révèlent beaucoup du fonctionnement du cerveau humain. On découvre comment le cortex gère les informations, comment il gère les sens, les interprète aussi. L’exposition présente ainsi quatre catégories d’illusions et pour chacune le mécanisme d’analyse cérébrale à l’œuvre.

Le cerveau interprète – quand les certitudes sont des leurres
Le cerveau identifie des objets et des personnes. Pour ce faire, il utilise les connaissances enfouies dans notre mémoire afin de reconnaître ce qui a un sens pour lui. Si les informations qu’il reçoit sont partielles, ou que les caractéristiques d’un objet sont déformées, il les transpose en comblant les vides. Ainsi, il utilise la mémoire et des indices contextuels pour « corriger ». Mais vigilance ! Il arrive qu’il se trompe… et c’est l’illusion.

Le cerveau sélectif – que choisir ?
Les processus de perception du cerveau fonctionnent selon un ensemble d’hypothèses acquises au fil de nos expériences. L’une de ces hypothèses est qu’il n’existe qu’une seule façon correcte d’interpréter les informations provenant des sens. Le cerveau s’aligne sur cette interprétation, la plupart du temps inconsciemment. Face à une image ambivalente, qui possède deux lectures possibles, le cerveau passe d’un motif à l’autre alternativement, sans savoir choisir.

Le cerveau sensible – l’influence des comparatifs
Les sens reçoivent des informations provenant du corps et de son environnement. Pour gérer cet afflux continu, le cerveau se concentre sur les informations les plus essentielles à son fonctionnement et accorde moins d’attention à d’autres. Ainsi, notre cerveau détecte plus aisément les changements inopinés de temporalité ou d’espace que des transformations progressives, comme les nuances de luminosité. Chaud, froid, petit ou grand ? Tout dépend du référentiel de comparaison !

Le cerveau expert – les sens s’entremêlent
Le cerveau humain a développé des domaines d’expertise pour appréhender efficacement la réalité, comme par exemple dissocier les visages. Cependant, cette expertise s’appuie sur un ensemble d’hypothèses préalables inflexibles, rendant notre cerveau vulnérable. S’il permet une interprétation riche et intégrée, il peut être aussi incapable de résoudre une incohérence.

 


Exposition Paris : Illusions

Dates :
Du 06 novembre 2018 au 25 août 2019

Lieu : Palais de la découverte
Avenue Franklin Delano Roosevelt
75008  Paris

Métro : Champs Elysées-Clemenceau (ligne 1 et 13), Franklin-D.-Roosevelt (ligne 1 et 9)
Bus : lignes 28, 42, 52, 63, 72, 73, 80, 83, 93
RER : Invalides (RER C)

Horaires : Ouvert du mardi au samedi de 9h30 à 18h. Le dimanche de 10h à 19h. Fermé le lundi.
Fermé tous les lundis et les 1er janvier, 1er mai, 14 juillet, 15 août et le 25 décembre.
Fermeture des caisses 30 min avant la fin.

Plein tarif : 9 euros

Tarif réduit * : 7 euros
* -25 ans, 60 ans et plus, étudiants, familles nombreuses, carte de l’éducation nationale, groupes d’adultes (à compter de 10), sur présentation de justificatifs.

Happy Hours : 3 euros
pour les étudiants à partir de 15h, du mardi au vendredi, hors vacances scolaires toutes zones & jours fériés, sur présentation d’un justificatif.

Des techniques modernes au service du passé

Depuis quelques années, la paléontologie dispose de nouvelles technologies comme la microscopie électronique ou les reconstitutions 3D. Les couleurs, les capacités cérébrales, ou encore les comportements des dinosaures sont aujourd’hui à portée de main des scientifiques. Mais toute cette modernité ne serait rien sans l’indice de base qu’est le fossile. Ne l’oublions pas, le paléontologue est avant tout un naturaliste.


Partager sur

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz