Trésors de la Chine ancienne au musée Guimet à Paris


Du 13 mars au 10 juin 2013

Informations pratiques | Donnez votre avis

Le musée Guimet présentera une centaine de bronzes archaïques chinois, chef-d’oeuvres de la prestigieuse collection Meiyintang.  Réunie depuis plus de cinquante ans par un collectionneur passionné, exigeant, admirable connaisseur de l’Asie et des arts de la Chine en particulier, cette partie de la collection Meiyintang bien qu’elle fût connue pour avoir fait l’objet d’importantes publications, n’a cependant jamais été présentée au public.


Elle le sera ainsi pour la première fois en France, au musée Guimet à travers le plus bel ensemble de bronzes archaïques chinois datant des deuxième et premier millénaires avant notre ère.

A l’inverse de ce qui se rencontre dans les autres civilisations du bronze, les bronzes archaïques chinois n’ont pas de vocation utilitaire. Leur fonction est, dès l’origine, propitiatoire ou magique. En Chine, dès le XIXe siècle avant J.-C., ces bronzes sont les instruments privilégiés des rites offerts aux mânes des ancêtres pour solliciter leur puissance, notamment sur le champ de bataille. Masquant les hésitations et la faiblesse d’une métallurgie qui cherche sa maîtrise, l’art du décor mais surtout l’audace des formes atteignent immédiatement à la perfection.

En témoigne l’extraordinaire élégance, le geste inspiré du grand jue, ou coupe à alcool, témoignage exceptionnel de la civilisation Erlitou (XIXe-XVIe siècles av. J.-C.) par lequel commencera l’exposition.

Sous les Shang (XVIe-XIe siècles av. J.-C.) le décor s’enrichit de rinceaux et de masques taotie d’une fascinante abstraction. Au cours des siècles suivants, sous les règnes des Zhou, les formes animalières fantasmatiques de plus en plus reconnaissables structurent le décor tandis que la maîtrise désormais acquise des techniques de fonte permet l’évolution et la complexification des modèles : la puissance et la force subjuguent la séduction. Les rinceaux deviennent des pointes, les masques portent des cornes.

Pendant la période des royaumes combattants (Ve-IIIe siècles av. J.-C.), la fonction rituelle des objets de bronze fait place à l’ostentation : le décor s’enrichit d’incrustation et les formes deviennent précieuses jusqu’à l’exubérance.

 


Exposition : Trésors de la Chine ancienne – Bronzes rituels de la collection Meiyintang.

Dates : 
Du 13 mars au 10 juin 2013

Lieu : Musée Guimet
6, place d’Iéna
75016  Paris

Métro : Iéna (ligne 9), Trocadéro (lignes 6, 9), Boissière (ligne 6)
Bus : lignes 63, 82, 32, 22, 30
Parking : Avenue Kléber, avenue George V (place de l’Alma)

Horaires : Ouvert tous les jours sauf le mardi de 10h à 18h.
Fermeture de la caisse 45 minutes avant.
Fermeture des salles 15 minutes avant.
Les veilles de jours fériés, la fermeture des salles s’effectue à 16h45.

Plein tarif : 8 euros

Tarif réduit : 6 euros


Partager sur

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz