Exposition Vaudou


Du 05 avril au 25 septembre 2011

Informations pratiques | Donnez votre avis

La Fondation Cartier pour l’art contemporain présente un ensemble exceptionnel d’objets vaudou africains issus de la collection Anne et Jacques Kerchache, à travers une scénographie conçue par Enzo Mari, l’un des grands maîtres du design italien. Avec près d’une centaine de bocio dont certains appartiennent désormais à d’autres collections privées, Vaudou est la première grande exposition consacrée exclusivement à ces sculptures traditionnelles d’Afrique occidentale.


Réalisée en étroite collaboration avec Anne Kerchache – aujourd’hui Mme Kamal Douaoui –, l’exposition réunit aussi les notes, lettres et photographies de Jacques Kerchache en lien avec ses expéditions, ses recherches sur le vaudou et ses projets d’exposition des arts premiers dans les musées français. Les films d’archives de ses voyages permettent d’explorer le vaudou dans son contexte et de porter un nouveau regard sur un art qui reflète les préoccupations universelles et éternelles de l’humanité.

En Occident, peu de sujets sont aussi chargés de mystère et entachés d’incompréhension. Le vaudou est un culte religieux ancien et une tradition philosophique originaire de la « côte des Esclaves » d’Afrique occidentale. Aujourd’hui, il est encore pratiqué de la côte du Togo à l’Ouest du Nigeria. Avec la traite des esclaves, aux XVIIe
et XVIIIe siècles, ce culte s’est propagé jusqu’aux Caraïbes ainsi qu’en Amérique du Nord et du Sud où il s’est mêlé
au catholicisme et à d’autres traditions religieuses. La cosmogonie vaudou est organisée autour d’esprits et de figures d’essence divine, selon une hiérarchie allant des divinités majeures – qui régissent la société et les forces de la nature – aux esprits des ruisseaux, des arbres et des rochers. Les adeptes du vaudou pensent qu’il y a un lien entre le monde visible des vivants et celui, invisible, des esprits, et que ces mondes peuvent communiquer par le sacrifice, la prière, la possession et la divination.

Le terme « vaudou » a connu différentes orthographes au fil des siècles (vodou, vodun, vaudoun) mais sa première apparition sous forme écrite remonte à 1658, dans la Doctrina christiana, ouvrage rédigé par l’ambassadeur du roi d’Allada à la cour de Philippe IV d’Espagne. Ce terme a été traduit de diverses manières par les spécialistes à travers l’histoire. Certains ont établi un lien entre le mot de la langue Ewe vo, qui signifie « trou » ou « ouverture » – par rapport à quelque chose de caché, de secret –, et du, qui désigne des signes divinatoires ou des messagers. « Vaudou » signifierait alors « messager de l’invisible ». Récemment, Suzanne Preston Blier, professeur à l’université de Harvard, a suggéré que ce terme pourrait trouver son origine dans l’expression « se reposer pour puiser de l’eau » en langue Fon, à partir des verbes vo (« se reposer ») et dun (« puiser de l’eau »), signifiant allégoriquement « la nécessité de rester calme quelles que soient les difficultés auxquelles chacun peut être confronté ».


Exposition : Vaudou

Dates : Du 05 avril au 25 septembre 2011

Lieu : Fondation Cartier pour l’art contemporain
261, boulevard Raspail
75014  Paris

Métro : Raspail (lignes 4, 6), Denfert-Rochereau (lignes 4, 6)
Bus : lignes 38, 68, 88, 91
RER : Denfert-Rochereau (RER B)
Parking : Stationnement réservé aux visiteurs handicapés moteur devant le 2 rue Victor Schoelcher

Horaires : Ouvert tous les jours sauf le lundi de 11h à 20h.
Nocturne le mardi jusqu’à 22h.


Plein tarif :
 9 euros

Tarif réduit * : 6,50 euros
* étudiants, moins de 25 ans, carte Senior, Amis des Musées, demandeurs d’emploi, Maison des artistes.


Partager sur