« Moi, Sarah Bernhardt »


Du 16 novembre 2011 au 15 mars 2012

Informations pratiques | Donnez votre avis

Le musée Maxim’s « l’Art Nouveau à Paris », consacre pour la première fois une exposition à Sarah Bernhardt (1844-1923)  l’une des plus grandes tragédiennes françaises du XIXe siècle.

Situé au-dessus du célèbre restaurant le Maxim’s , rue Royale à Paris, l’exposition présente au public d’exceptionnels portraits peints, des bijoux, un somptueux miroir en pied entouré de serpents, des photos, des souvenirs, des robes des écrits… dans un véritable appartement meublé de chefs d’œuvre Art Nouveau, tel que se présentait la demeure de la divine tragédienne. Les objets exposés proviennent de collections privées et de musées, tous ces témoins retracent, évoquent et racontent la vie fabuleuse de l’actrice la plus célèbre du monde


Fille d’une courtisane parisienne aux riches protecteurs, Sarah Bernhardt est une enfant laissée aux couvents et aux pensionnats mais se dirigera vers la Comédie française dès l’Age de 15 ans, grâce à la protection du duc de Morny, demi- frère de l’empereur Napoléon III.

Destin insensé que celui de celle qui triomphera alors dans tous les rôles, de Phèdre à la Dame aux Camélias, de Ruy Blas à Cléopâtre, de l’Aiglon aux mélodrames byzantins sans jamais cesser de subjuguer le public.

Maniant son image à la perfection, elle inventera le star système bien avant Hollywood, se servant de la publicité pour faire sans cesse parler d’elle que ce soit en dormant dans un cercueil, en voyageant en ballon, en possédant un boa et un alligator, en étant l’égérie de l’Art Nouveau et la muse des artistes et des écrivains. Le peintre Mucha l’immortalise, couverte de bijoux, à travers des affiches aux séductions fin de siècle.

Elle fascine à travers le monde entier : cinq tournées aux Etats-Unis lui apportent des flots d’or qu’elle dépense aussitôt. L’Amérique du sud la réclame. Elle joue jusqu’à Manaus en pleine Amazonie. Surnommée Sarah Barnum, elle reste fidèle à sa devise : « Quand même ! » Partout elle traine derrière elle un sillage d’admirateurs, de passionnés et d’amants sans nombre.

Pendant 60 ans elle présente le théâtre et la culture française autour du monde, continuant à jouer, même après l’amputation d’une jambe à 71 ans. Sacrée « Trésor National » elle a joué des centaines de pièces, tourné des films, représenté plus que quiconque l’époque 1900.


Exposition : « Moi, Sarah Bernhardt »

Dates : Du 16 novembre 2011 au 15 mars 2012

Lieu : Musée Maxim’s
3, rue Royale
75008 Paris

Métro : Concorde (lignes 1, 8, 12), Madeleine (lignes 14, 8, 12)
Bus : lignes 24, 42, 84, 94
Parking : Concorde, Madeleine

Horaires : Ouvert tous les jours, sauf lundi et mardi. De 11h à 14h, de 15h15 à 16h30.

Tarif : 15 euros – Visites commentées d’une heure.

Réservation groupe : 01 42 65 30 47

« Sarah Bernhardt, toujours ! » : une pièce de théâtre
A partir du dimanche 8 Janvier 2012, Pierre Cardin présente chez Maxim’s un spectacle interprété par Véronique Fourcaud. L’adaptation a été écrite et mise en scène par Nicolas Laugero Lasserre, assisté par Sophie-Aude Piconet.


Partager sur

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz